Josef Zisyadis, un Directeur heureux

«En 2019, la Ville du Goût revient en Romandie», se réjouit le Directeur de la Semaine du Goût Josef Zisyadis. L’an passé, l’heureux élu était Lugano. «La Perle de la Riviera aura l’occasion de se présenter sous un jour nouveau et de faire miroiter d’autres aspects que ceux qui sont déjà largement répandus». Elle ne va pas s’en priver, tant les arguments de ce site magnifique sont nombreux.

Josef Zisyadis, Directeur de la Semaine du Goût . © Sarah Carp / STRATES

Montreux et Vevey constituent certes ces lieux touristique lémanique mondialement connus, Mais c’est aussi des terres vigneronnes par excellence. De fait, leurs vignobles font maintenant partie du Patrimoine Mondial de l’Unesco. 

C’est aussi une région dévolue à l’agriculture. Sur les montagnes limitrophes de la région fribourgeoise de la Gruyère, les alpages de Montreux s’étendent jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Son débarcadère, son étendue, sa hauteur et sa beauté sont donc les atouts de la Ville du Goût 2019.

Marraines 

«Au cours de cette Semaine du Goût, on n’aura plus de «parrain», mais bel et bien 22 «marraines». C’est l’association des Artisanes du Vin suisse qui assure cette mission. Ces 22 personnalités émérites en œnologie sont en concordance avec la Fête des Vignerons de Vevey, toute proche, qui vient de se terminer. «Le Goût est l’argument des femmes», explique Josef Zisyadis. «Ce sont elles qui le forgent. Il est temps de mettre leur rôle en évidence».

En 2020, on fêtera le vingtième anniversaire de la Semaine du Goût. «Elle est devenue une institution. Le mois de septembre est désormais une plateforme où tout le monde se donne rendez-vous». 

Au début, le nombre de participants à la Semaine du Goût n’atteignait même pas 200. Aujourd’hui, ils sont 2500. «A l’heure actuelle, 55 organisations en font partie. Tout récemment, nous avons accueilli l’Union des femmes paysannes suisses. C’était l’une des dernières organisations que nous ambitionnions d’avoir. Nous les avons accueillies avec beaucoup de plaisir. Quoiqu’il en soit, nous voulons conserver un aspect amical, de réseau. Nous travaillons sur le long terme. Les gens se posent de plus en plus de questions sur leur nourriture. C’est une bonne chose». Et Josef  Zisyadis d’imaginer l’organisation de ce genre d’évènement au quotidien, avec un cercle d’amis ou dans son immeuble.

Grands sites

Les «Grands sites du goût», lancés au mois de mai dernier, sont la grande nouveauté de cette année. La Fondation Slow Food avait initié la Semaine du Goût. Avec les Grands sites du goût, elle veut construire une image helvète autour de ses produits d’excellence. «Nous visons 20 à 25 sites d’ici trois ans».

Les suggestions ne manquent pas, à commencer par les balades gourmandes et les Bons Jeunes (à l’adresse des 16-25 ans). Le consommateur ordonne et fait la tendance. «A nous de montrer combien nous leur sommes attachés, tout comme à nos producteurs. Car nous avons du plaisir à manger de bons produits». 

Pascal Claivaz

http://www.gout.ch