Hop Delivery! c’est parti!

La deuxième version est sortie début janvier 2019. En offrant de plus grandes possibilités dans les quatre secteurs où HOP! est disponible: restaurants, fleuristes, épiceries et pharmacies. C’est ce qui fait une première différence avec les autres plateformes de livraison; la deuxième étant le fait que la commission est sensiblement moins élevée que ce qui existe sur le marché.

Alexandre-Martin Simon et Vincent Moret. © le Cafetier

Dynamique et jeune

HOP! est sortie du cerveau de deux entrepreneurs au caractère fort dissemblable: Vincent Moret, né en 1995, et Alexandre-Martin Simon, né en 1996. Le premier est titulaire d’un Bachelor en droit obtenu en 2017; dans la foulée, il avait entamé un Master dans la même branche lorsqu’il fit la rencontre de celui qui allait devenir son associé. Lequel avait choisi de mettre de côté durant quelques années ses études à l’EPFL pour se consacrer à HOP! Autant Vincent ressent le besoin de s’exprimer aussi par le biais d’une activité sportive comme la course ou le CrossFit, autant son associé a la passion de l’entrepreneuriat. Deux caractères qui, selon Vincent Moret, se complètent parfaitement. Les deux universitaires se sont rencontrés au café Slatkine à Genève et l’idée présentée par Alexandre a séduit Vincent. Selon Vincent Moret, HOP! est un nom extrêmement dynamique, utilisable dans toutes les langues.

Pour faire connaître HOP Delivery! dans le monde de la restauration, nos deux amis possèdent un plan marketing et commercial anticipant les besoins du marché. Il a nécessité deux ans de travail. Aujourd’hui, ils proposent une plate-forme qui permet de livrer sur tout le canton de Genève à l’exception de Céligny, trop éloigné. 

Ce qui distingue HOP! des autres plateformes de livraisons de repas est qu’il s’agit d’une jeune start-up genevoise, dirigée par des jeunes de moins de 30 ans. Presque un exploit! 

40 restaurants à Genève

Le restaurant choisi par le client sur l’application HOP Delivery reçoit la commande par le biais d’une application (HOP Partner, ndlr). Le «partenaire» doit d’abord l’accepter, avant de la préparer. Le hopper (livreur chez HOP!, ndlr) reçoit notification de la commande via la plateforme. Une fois en possession de celle-ci, il doit la livrer dans un délai qui n’excède pas 30 minutes. Il va de soi que HOP! s’assure que les hoppers soient équipés pour des livraisons en bonne et due forme. A ce jour, la plateforme peut s’enorgueillir de posséder un portefeuille d’une quarantaine de restaurants sur la place, toutes spécialités confondues. Pour insérer un nouveau restaurant dans la longue liste à disposition, deux critères sont fixés: la qualité et la diversité. Aussi, voit-on le restaurant libanais côtoyer le mexicain, le restaurant à sushis et l’italien traditionnel. Les demandes les plus fréquentes portent sur les tartares, les sushis, les pizzas, les tacos et autres spécialités de ce genre. 

«N’importe quel restaurant a intérêt à utiliser la plateforme HOP! et à proposer la livraison à domicile, car cela leur ouvre des perspectives très intéressantes tant en matière de clientèle que de visibilité», souligne Vincent Moret. Et quand on lui demande s’il craint la concurrence d’autres plateformes, il répond: «l’arrivée d’Uber sur le marché stimule l’idée et crédibilise l’offre». Et de conclure: «l’avenir n’attend pas. Allez HOP!».

Lionel Marquis