Huile de noix vaudoise: sur le chemin de l’AOP

Jean-Luc Bovey est aux anges. Avec une trentaine de collègues, le propriétaire du Moulin de Sévery milite depuis plusieurs années pour que l’Huile de noix vaudoise obtienne enfin son AOP. Bonne nouvelle : l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) a publié le 5 mars la demande d’enregistrement de l’Huile de noix vaudoise en tant qu’appellation d’origine protégée (AOP) afin de protéger ce produit traditionnel contre les imitations. Les cantons ainsi que les personnes justifiant d’un intérêt ont la possibilité de s’opposer à l’enregistrement dans un délai de trois mois.

Close up of fresh walnut against white background

L’Huile de noix vaudoise est une huile pressurée à partir de noix provenant exclusivement du canton de Vaud selon la méthode artisanale traditionnelle de torréfaction. La protection de cette dénomination permettra de défendre sa renommée et son excellente qualité. 

Selon l’argumentaire de l’OFAG, le lien au terroir de l’Huile de noix vaudoise est dû au fait qu’elle est élaborée avec de la matière première issue de l’aire géographique dont les caractéristiques géomorphologiques et climatiques permettent un développement optimal de la culture du noyer. Autre élément identitaire de l’Huile de noix vaudoise : la méthode artisanale traditionnelle par pression à chaud, probablement antérieure au 16e siècle.

Le canton de Vaud compte aujourd’hui 120 hectares de noyers produisant bon an mal an quelque 250 tonnes de noix entières. « L’AOP nous permettra de valoriser notre huile, d’obtenir un prix correct à la production et de nous démarquer de nos concurrents », relève Jean-Luc Bovey. 

La nuciculture est très répandue en France, notamment dans la région de Grenoble et du Périgord. Le climat vaudois lui convient à merveille. Lors du dernier recensement en 2000, le canton de Vaud était déjà le plus gros producteur en Suisse.

Manuella Magnin

https://www.moulindesevery.ch/fr/huiles/11-huile-de-noix.html