Daniele D’Angelo

danielejpg.jpg

Il est passé du métier d’ingénieur informatique à la photographie culinaire, puis à la vidéo. Auteur de 40 vidéos tournées au Domaine de Châteauvieux, sur le flambage et le découpage, Daniele D’Angelo est un photographe curieux, passionné et autodidacte, dont le talent se confirme. Selon lui, un bon photographe est d’abord un bon observateur.  

Daniele D’Angelo a travaillé dans l’informatique jusqu’en 2014. Passionné par la photographie depuis 15 ans, il la pratiquait déjà en privé, mais pas professionnellement. Depuis, il a opéré une reconversion très réussie vers la photographie culinaire et pratique depuis peu également la vidéo. C’est avec la rencontre d’Esteban Valle, directeur de salle au Domaine de Châteauvieux, que Daniele D’Angelo a pris un vrai virage. Esteban Valle sortait alors son livre «Flambons, découpons c’est servi!», paru aux Editions Slatkine, et cherchait quelqu’un pour assembler et faire le teaser de vidéos pour le web. Les deux hommes se lancent alors dans une collaboration très fructueuse et deviennent les précurseurs dans la revalorisation des métiers de la salle, en diffusant des vidéos de grande qualité, utilisant quatre à cinq caméras.

Des vidéos à l’esthétisme raffiné
«Esteban Valle et Philippe Chevrier ont su me donner confiance, je me suis rendu compte qu’on pouvait vraiment donner envie par l’image» explique Daniele D’Angelo. Au départ peu enclin à tourner des vidéos, il se montre de plus en plus curieux et enthousiaste, y prend goût et a réalisé depuis 2015 une quarantaine de vidéos, toutes tournées à Châteauvieux. Ces vidéos cherchent à montrer tout l’univers qui entoure le lieu, son luxe et son raffinement; mais aussi et surtout, à mettre en avant le travail du flambage et du découpage de la volaille. Destinées à tout public, elles suscitent un vrai engouement. La vidéo «Découpe de chevreuil» a déclenché 50 000 vues sur Facebook.

La gastronomie comme un art
«La gastronomie est un monde qui m’intéresse vraiment car cela s’apparente à l’art, et il s’agit avant tout de donner envie en photo et en vidéo», précise Daniele D’Angelo. De retour de trois jours passés à Paris, pour la Fashion week, il se tourne désormais également vers la photo de montres et de bijoux et la photo artistique (collaborant notamment avec le peintre cubain Carlos Boix). «J’ai besoin de m’intéresser en premier lieu à mon sujet et à son univers, c’est ainsi que j’ai toujours plaisir à aller à Châteauvieux… je tiens compte de mes envies et de ma subjectivité, car c’est aussi un travail sensoriel». Son expérience dans l’informatique lui apporte de façon évidente toute la compétence pour la partie plus technique. Cette passion lui demande en effet un investissement à 180%, car les journées ressemblent à des courses trépidantes et les soirées se prolongent souvent tard dans la nuit, pour reprendre le travail après. Daniele D’Angelo commence désormais à élargir ses activités dans la photographie de plats, mais aussi en créant des sites pour les restaurants… 

www.LVXSTUDIO.COM
Nathalie Brignoli