Le premier restaurant collectif à devenir « Partenaire du Terroir Neuchâtelois »

Dans son communiqué, l’association précise que le personnel de cuisine de l’EMS ainsi distingué mettait déjà un point d’honneur à travailler avec des producteurs de la région. Peu d’adaptations ont dès lors été nécessaires pour que l’établissement puisse décrocher cette mention très convoitée. « Ce label est très valorisant pour notre personnel de cuisine. Il a aussi été très bien accueilli par nos résidents. Certains ignoraient que nous étions à ce point attachés aux produits locaux », explique Ludivine Zmoos, responsable des services hôteliers de l’établissement.

Jusqu’à 200 repas par jour
L’EMS Les Sugits bénéficie actuellement du savoir-faire de trois cuisiniers, au nombre desquels figure Luc Gonder, qui dirige la brigade, de quatre commis de cuisine, ainsi que d’un apprenti. Outre les repas destinés à ses 56 résidents, la petite équipe propose ses plats à une cinquantaine de non-résidents, vivant à proximité, ainsi qu’à des établissements parascolaires et des crèches. « Nous livrons de 120 à 200 repas, selon les jours. On ne chôme pas », précise Ludivine Zmoos.

Les critères à respecter pour les restaurants qui convoitent la mention « Partenaire du Terroir » concernent, notamment, la provenance du vin, l’utilisation de produits labélisés NVT dans les menus, un quota de fromages labélisés, ainsi que des petits-déjeuners préparés avec des produits locaux. Si l’association constate qu’il n’est pas possible de tout modifier au sein de certains établissements, elle salue, malgré tout, les efforts quotidiens qui sont y sont déployés pour travailler le plus possible avec des produits locaux. 

Un exemple à suivre
La directrice de Neuchâtel Vins et Terroir, Mireille Bühler, et son équipe espèrent que d’autres institutions suivront l’exemple de l’EMS de Fleurier et de ses fournisseurs, pour développer le réseau « Partenaire du Terroir » et faire rayonner les produits locaux dans le canton.

Mireille Bühler, la directrice de Neuchâtel Vins et Terroir espère que d’autres institutions suivront l’exemple de l’EMS de Fleurier. © neuchatel-vins-terroir.ch

//neuchatel-vins-terroir.ch

Georges Pop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *