Un café crème pour changer le monde

Il y a le lait et les fromages équitables déjà bien présents sur les étals. Depuis peu, une fondue moitié-moitié et des dosettes de crème à café affichent le même label qui garantit aux paysans de Faireswiss de pouvoir vivre de leur travail, soit 1 franc par litre de lait.

Dès son lancement à l’automne 2019, le concept cartonne. Le lait Faireswiss et ses produits dérivés – des pâtes molles élaborées par la fromagerie Le Grand Pré à Moudon – ont trouvé leur public. 

Boudée par les deux géants orange de la grande distribution, la coopérative Faireswiss a réussi à faire référencer ses produits chez Manor, Spar, Pam et Edelweiss, certains Topshop Agrola, Aligro Suisse romande Cash&Carry en Suisse alémanique et dans une kyrielle de laiteries et épiceries. En tout, ce sont quelque 500 commerces qui jouent le jeu aujourd’hui.

Un projet porté par les paysans
Tout a commencé avec 14 paysans majoritairement romands qui ont approché Cremo pour donner vie à leur rêve. Ils sont aujourd’hui 39 dans toute la Suisse et seront 59 l’an prochain.

« Le consommateur a montré qu’il était prêt à payer un peu plus par solidarité avec le monde paysan », se réjouit Anne Chenevard, égérie de la coopérative. « Faireswiss tablait sur la commercialisation de 200 à 400 000 litres en 2020. Nous frôlons le million », poursuit la productrice de Corcelles-le-Jorat.

Le système fonctionne selon le principe de l’électricité verte. Pour le producteur, le travail reste le même. Il doit prendre des parts sociales dans la coopérative qui lui permettent d’écouler jusqu’à la moitié de sa production annuelle sous le label équitable et de toucher en contrepartie 30 % de plus par litre. Le plafond par coopérateur est fixé à 180 000 litres. Chaque membre s’engage à offrir de son temps pour des animations dans les magasins et chez les clients afin de recréer le lien avec le consommateur qui s’est perdu au fil des décennies.

2 ct par café
Les crèmes à café qui ont rejoint l’assortiment en septembre sont principalement destinées à la restauration. Elles sont distribuées en cartons de 200 pièces au prix de CHF 16.20 hors TVA de 2,5% par Le Petit Crémier, filiale de Cremo. Des discussions sont en cours avec d’autres intermédiaires pour les diffuser plus largement. 

Le restaurateur qui opte pour ce produit devra ajouter 2 ct au prix de revient de son café. « C’est un petit plus qui peut changer le monde », argumente Anne Chenevard. Monsieur Bouillon, nouvel établissement de la constellation Philippe Chevrier à Genève, a adopté les petites dosettes. Ce produit correspond pile-poil à sa philosophie de soutien aux producteurs locaux.

PHOTOS: © Lewis Gashaza

Changer le monde et vivre de son labeur, c’est l’ambition de Faireswiss dont le modèle séduit. Pour preuve, lors du Sommet mondial de l’alimentation 2020, l’ONU a salué cette initiative suisse par le biais d’un petit film. La Loterie romande a remis un chèque de CHF 5 000.- à Faireswiss pour son projet alimentaire et solidaire lors de la cérémonie d’ouverture de la Semaine du Goût 2020 en septembre dernier à Berne. Enfin, Faireswiss a remporté les faveurs du jury et du public du Prix entreprendre région Lausanne (PERL) cette année et s’est vu attribuer deux chèques de CHF 10000.- chacun.

De quoi voir l’avenir en rose. Faireswiss rêve désormais de beurre équitable, de lait bio équitable pasteurisé et pourquoi pas d’un fromage à raclette au lait cru.

En attendant, pour faire fondre les papilles des gourmets, hormis la fondue moitié-moitié, un petit boisé à mettre au four de 200 g saura convaincre les amateurs de saveurs typées.

Manuella Magnin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *